samedi 15 mars 2014

« Ville jardin, ville durable » ou ma ville ripolinée en vert


L’opération « Ville jardin, ville durable » avait un nom prometteur dans une ville qui densifie son habitat et projette la construction d’une nouvelle zone commerciale de 16 ha.

Nous avons été quelques-uns à suivre assidûment les premières réunions. Pour finalement découvrir qu’il n’était pas question d’y travailler, mais seulement d’y entériner les propositions municipales. Exit les questions qui fâchent ; les nuisances sonores de la tangentielle ; les risques majeurs de la zone industrielle classée « Sévéso 2 » ; Oxylane, … autant de sujets, amenés par les participants, qui n’auront pas été retenus par les organisateurs.

Deux ans de réunions consacrées à une opération qui aura mobilisé peu de monde, pour accoucher de mesurettes éducatives à peu de frais puisqu’elles consistent bien souvent à « labelliser » très opportunément des initiatives déjà existantes, réalisées par diverses associations qui n’ont pas attendu ce dispositif pour se mettre à l’œuvre. L’installation de nichoirs à oiseaux et la création du jardin des écoliers, pour ne citer que ces deux exemples, sont plus anciennes que l’opération « Ville jardin, ville durable ».

Bref, au-delà des beaux discours incantatoires et auto satisfaits, le bilan de la municipalité sortante en matière d’environnement est plus que contestable. Les réalisations restent décevantes, pour ne pas dire insignifiantes aux yeux de ceux qui s’attendaient à des initiatives innovantes. Ville jardin, éco-quartiers, … au final de piètres opérations de communication qui ne font que surfer sur la prise de conscience environnementale de notre société.