samedi 22 février 2014

Le meurtre du Père

Décidément plus ça va, moins ça va. Dans la commune voisine, Semoy, voilà que se rejoue la même pièce qu’à Saint Jean de Braye en 2001. Les acteurs sont différents, certes, mais le sujet est le même : un maire occupant son poste depuis 25 ans (1) avait laissé entendre, mais seulement entendre, qu’il passerait le gouvernail à un autre…

Lequel autre a très mal pris que son patron et néanmoins ami de près de trente ans en remette une couche. A la différence de Saint Jean de Braye en 2001, cet autre a eu suffisamment de cran pour procéder au « meurtre du père » et monter sa propre liste. Sur le fond, l’affaire prête plutôt à sourire, voire à mourir de rire. Comment deux personnes qui s’entendaient à merveille peuvent-elles en arriver à se séparer bêtement pour une vulgaire histoire d’élection municipale sans importance ? Ou alors je me trompe totalement. Y aurait-il quelque chose à gagner à être maire ?

Djacadit

(1) En effet, M. Ody brigue un cinquième mandat ! Il aime ça le bougre. Tout comme son prétendant de « gauche », puisqu’ils font cause commune depuis 1989. De jeunes destriers devenus de vieux chevaux de retour, pas encore des chevaux de bois, mais ça viendra.